La Semaine Bleue

Brigitte-Bourguignon-Ministre-deleguee-en-charge-de-l-autonomie-ouvre-la-remise

Semaine Nationale des retraités et des personnes agées
5 au 11 octobre 2020

Ensemble, bien dans son âge, bien dans son territoire
Un enjeu pour l’après COVID

  Brigitte Bourguignon Ministre déléguée en charge de l’autonomie ouvre la remise des prix de la Semaine Bleue 2020

Cérémonie de remise des prix de la Semaine Bleue
Discours de Brigitte Bourguignon
Ministre déléguée en charge de l’autonomie
Siège de la Cnav – Jeudi 1er octobre 2020

Monsieur le Président du Conseil d’administration de la Cnav,
Cher Gérard Rivière,
Monsieur le Président de l’Uniopss, Cher Patrick Doutreligne,
Monsieur le Président du Comité national de la Semaine
Bleue, Cher Alain Villez,
Mesdames, messieurs,
Chers amis,

C’est un réel plaisir pour moi d’être présente parmi vous aujourd’hui pour la remise de prix de cette nouvelle édition de la Semaine Bleue.
Je suis d’autant plus heureuse que, dans le contexte de crise sanitaire que nous vivons, nous avons plus que jamais besoin de ces temps de rencontres, d’échanges et de partage – à saine distance cette année – que nous offre la Semaine Bleue.

La Semaine Bleue, est en effet un moment privilégié, riche d’initiatives, de projets, d’actions portés par une kyrielle d’acteurs, qui permet de sensibiliser le grand public sur les sujets qui me tiennent tant à cœur : la transmission, le vivre ensemble,
le partage entre générations, le lien social, l’entraide ou encore l’écoute et la prise en compte de la parole des personnes âgées.

Je voudrais d’ailleurs profiter de ce moment pour saluer le courage, le dévouement, la réactivité et l’inventivité dont vous toutes et tous, professionnels et associations accompagnant les personnes âgées, avez fait preuve depuis le début de l’épidémie.
Je vous remercie très sincèrement pour votre engagement sans faille.

Je n’oublie pas non plus que ce 1er octobre 2020 marque « le 30e anniversaire de la Journée internationale des personnes âgées ».
Cette journée doit être l’occasion, dans ce contexte si particulier, de réfléchir ensemble sur notre modèle de société, afin que les personnes âgées soient libres de choisir et d’agir ; là où aujourd’hui, trop souvent, on parle et on décide pour elles.

L’expérience du confinement avec les conséquences que l’on sait, nous oblige à penser différemment notre rapport aux personnes âgées, à les considérer avant tout autre chose comme des sujets de droits et non comme des objets de soins.
Autrement dit, comme des citoyens à part entière.
Il est grand temps que la société prenne conscience de la place fondamentale que tiennent les personnes âgées dans notre société. Et la Semaine Bleue, en donnant à voir cette richesse, nous y aide.

Le thème de cette édition 2020-2021, « Ensemble, bien dans son âge, bien dans son territoire » traduit une approche globale du sujet qui me semble également fondamentale.
Nous savons tous que les personnes âgées, dans leur très grande majorité veulent rester « chez elle ». Mais le « chez soi », aussi primordial soit-il, ne suffit pas, seul, à répondre à cet enjeu du « bien vieillir ».
Encore faut-il avoir un habitat ouvert sur l’extérieur, un accès aux soins et aux commerces de proximité ou encore un réseau de transport qui fonctionne.

« Bien vieillir », c’est aussi pouvoir bénéficier d’une vie sociale, culturelle ou encore citoyenne.
La question de l’aménagement du territoire et de l’adaptation des politiques de proximité, est sur ce point essentielle.
Nous avons à repenser nos quartiers, nos territoires ruraux pour les transformer en lieux de vie compatibles avec la transition démographique, la société de la longévité dans laquelle nous sommes entrés de plain-pied.
D’aucuns évoqueraient cet enjeu comme celui de la « résilience des territoires au vieillissement démographique ». Je préfère, pour ma part, l’approche de « territoires du vieillissement actif ».
Cela implique l’engagement d’une réflexion à l’échelle des bassins de vie qui conduit à « dé-compartimenter » les politiques publiques, avec pour objectif la garantie que l’offre de services culturels, sportifs, des mobilités, du logement, permet à tout un chacun de trouver sa place dans la société quel que soit son âge.
C’est le chantier que nous allons conduire ensemble dans les prochaines semaines, et je souhaite m’appuyer sur l’expertise et les réussites concrètes aux quatre coins du pays.

Pour autant, si l’enjeu de permettre aux personnes de rester chez elles le plus longtemps possible est essentiel, je souhaite également travailler en profondeur sur le modèle des EHPAD.
Il ne s’agit évidemment pas de fermer les établissements, mais au contraire de les remettre au cœur de la cité, de les ouvrir sur l’extérieur, sur la vie des territoires, afin qu’ils redeviennent des lieux de vie à part entière, pas seulement pour les personnes âgées résidentes, mais également pour tous les habitants d’une commune ou d’un quartier.
De nombreux exemples existent. Je pense à l’organisation d’ateliers cuisines, de cours de sport, de représentations théâtrales, ou encore de séances du conseil municipal, ouverts à tous, au sein des EHPAD.
Je pense encore aux partenariats formidables qui peuvent se nouer entre des écoles maternelles et des établissements. J’ai assisté mardi dernier à l’avant-première d’« Une vie d’écart » – une série documentaire produite par Caroline Delage qui sera
diffusée sur Canal+ dans quelques semaines – qui traite à merveille de tous les apports bénéfiques des échanges intergénérationnel.

Je souhaite d’ailleurs, en lien avec mon collègue à l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, qu’une telle expérience sociale et humaine devienne un véritable réflexe.
Toutes ces initiatives, la Semaine Bleue contribue à les faire connaître pour inviter les acteurs à ses approprier, essaimer sur l’ensemble du territoire, et ainsi leur donner

Faciliter le « bien-vieillir chez soi » – je l’ai déjà dit, et je le redis devant vous aujourd’hui – sera le fil rouge de mon action.
Et la loi Grand âge et autonomie, dont le Président de la République a rappelé récemment l’importance, sera l’occasion de créer des droits nouveaux, de faire émerger de nouvelles solidarités, et de bâtir une société dans laquelle les personnes
âgées prennent toute leur place.
Une société dans laquelle on écoute et prend en compte leur parole, leurs souhaits. Une société qui permet d’encourager et de valoriser les solidarités de proximité que, vous toutes et tous ici, incarnez si bien.

Et cette réforme, je souhaite en faire un enjeu de mobilisation de tout le corps social car c’est un sujet qui nous concerne tous, sans exception. En somme, cette réforme, je veux la construire pour vous, mais aussi et surtout, avec vous.

La Semaine Bleue, en valorisant le rôle de nos ainés dans notre société, est un de ces évènements qui préfigure ce que sera la politique de l’autonomie en France.
Si mes calculs sont bons, la Semaine Bleue fêtera d’ailleurs ses 70 ans l’année prochaine.
70 ans ça se fête ! Et j’ai sincèrement à cœur que cet anniversaire soit l’occasion d’une grande mobilisation nationale autour de nos aînés.
Mais en attendant ce bel anniversaire, consacrons-nous aux projets qui nous sont présentés aujourd’hui et dont j’ai pris connaissance avec beaucoup d’intérêt.
Les valeurs et les enjeux qu’ils portent sont riches : le partage et l’écoute mutuelle entre générations ; le lien social intergénérationnel et interculturel ; la place de l’art comme vecteur de décloisonnement, pour n’en citer que quelques-uns.

Ces projets incarnent parfaitement ce que nous souhaitons voir développé demain : l’implication de l’ensemble des composantes de la société, au premier rang desquelles les personnes âgées elles-mêmes, pour changer notre regard sur la vieillesse.

Je vous remercie.

Brigitte Bourguignon
Ministre déléguée en charge de l’autonomie

Enregistrez votre action Participez au concours Proposez une marche