La Semaine Bleue

Projet-intergenerationnel-Quartier

Semaine Nationale des retraités et des personnes agées
2 au 8 octobre 2017

 tout âge :
faire société

Le jeudi 1er septembre 2016 à 10:00 Projet intergénérationnel - Quartier Lapanouse, Saint-Martin, Jarlard / ALBI
Organisé par Centre social Lapanouse, Saint-Martin, Jarlard

Le partenariat entre l'école Edouart Herriot et le Centre Social de Lapanouse est un partenariat qui existe depuis longtemps. Néanmoins, cette année, nous avons décidé de le renforcer un peu plus afin de favoriser les interactions sociales au sein du quartier, en appuyant les rencontres entre les enfants du quartier, et les habitants.

Ce projet, qui s'inscrit dans la semaine bleue, est surtout un projet qui a pour vocation de rayonner tout au long de l'année, et plus encore.

En effet, l'école et le centre social ont prit la position de travailler sur l'ensemble des aspects de la vie quotidienne, en les déclinant à travers le temps.
Si l'on part de la définition ethnologique la société désigne un groupe humain organisé et partageant une même culture, les mêmes normes, mœurs, coutumes, valeurs...

I. DIAGNOSTIC SOCIAL DU TERRITOIRE

Le quartier de Lapanouse compte 1 290 habitants, soit 2,6% de la population albigeoise de la commune.
En 2010, l’Insee montre que les plus jeunes représentent une part importante de la population. En effet, 19,7% de la population du quartier a entre 0 et 14 ans. En comparaison, ce pourcentage est de 13,8% sur la commune d’Albi. Par ailleurs, 55,3% des habitants du quartier sont des femmes.

Parmi l'ensemble des familles résidant sur le quartier, la part des familles monoparentales est très élevée, à savoir 38,1%. Les statistiques montrent qu’il s’agit du taux le plus élevé en comparaison avec les ménages résidant sur la commune d’Albi, l’agglomération, et les autres quartiers prioritaires.

Le niveau de formation scolaire est faible sur le quartier de Lapanouse Saint-Martin, et montre des disparités importantes entre hommes et femmes.

En 2009, l’Insee révèle que 17,5% de la population du quartier a un niveau de formation inférieur à la classe de 3ème. En comparaison, ce pourcentage est de 10,5% sur Albi.

En 2010, alors que 29% des hommes ne sont pas diplômés, ce sont pas moins 35,4% des femmes qui sont sans diplôme.

De même, cette disparité importante entre les sexes se confirme en termes de hauts niveaux de formation ; seulement 7,4% des femmes du quartier détiennent un diplôme de l’enseignement supérieur long (bac + 3 et plus) contre 11,2% des hommes.

Le taux d’emploi est faible sur le quartier et particulièrement pour les femmes âgées de 15 à 24 ans. En 2010, seulement 17,5% des femmes de 15 - 24 ans ont un emploi : c’est 27,7 points de moins que les hommes.

Ces pourcentages se confirment par un taux de chômage élevé. En effet, 25,5% des 15 - 64 ans présents sur le marché du travail sont à la recherche d’un emploi. En comparaison, ce taux de chômage est de 12% sur l’agglomération Albigeoise.

En 2012, les chiffres de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie révèlent que 29,6% des personnes vivants à Lapanouse et couvertes par la sécurité sociale bénéficient de la couverture maladie universelle complémentaire, contre 14,6% de la population Albigeoise.
Alors que la part de logement HLM calculée par rapport au nombre de résidences principales est de 10,5% sur l’agglomération, cette part se situe entre 55 et 75% sur le Lapanouse -Saint-Martin.

En lien avec ce diagnostic, plusieurs constats et points à améliorer se voit mis en évidence.

CONSTATS

POINT A AMELIORER

+ +
- proximité géographique avec le centre ville
- diversité culturelle et générationnelle des populations
- quartier à échelle « humaine » et au cadre de vie aéré
- espaces publics et locaux de qualité, adaptés et diversifiés
- implication des professionnels de structures dans les projets du quartier
- présence et diversité des structures, équipements

- promotion et valorisation des relations entre les habitants (entraide, échange de savoir et services, bénévolat)

- l'entraide, la solidarité et la mixité sociale (cohésion sociale)

- la mobilité (transport en commun, déplacements doux, personnes à mobilité réduite)

- communication plus positive sur le quartier et valorisation de ce qui est fait (actions, parcours positifs, ambassadeurs du quartier, sortie de la vision médiatique)

- apparence (trottoirs, équipements, commerces, habitat)

- la lutte contre les préjugés

- l'accessibilité aux infrastructures (handicap et horaires d'ouverture)

- l'accès à l'emploi

- le commerce de proximité

- la mobilisation des associations et des habitants

- la transversalité entre acteurs du quartier

- -
- « fracture » entre le pavillonnaire et le collectif
- manque « d'espaces » de rencontre- proximité géographique à relativiser pour toutes les personnes à mobilité réduite
- diversité culturelle et générationnelle et appauvrissement des populations
- une apparence dégradée
- image extérieure négative
- problème d'incivilité et de comportement de la jeunesse
- manque d'accessibilité aux infrastructures (handicap et horaires d'ouverture)
- transport : offre de qualité moyenne (faible fréquence des bus ainsi que la liaison du quartier avec le centre commercial de Caussel)
- affaiblissement de l'image et du rayonnement de l'école

II. OBJECTIF DU PROJET

Avec l'école, et après s'être saisi des objectifs généraux du territoire, nous avons décidé de travailler de cohérence avec les autres acteurs du quartier.

A travers les différents constats du diagnostic partagé du territoire, et en le mettant en parralèle à la définition ethnologique de la société, on s'appercoit qu'il y a, sur le quartier, une très grande mixité culturelle, sociale, et de l'intergénération. Néanmoins, l'esprit collectif et le lien social entre tous reste encore et toujours à favoriser et à encourager.

Nous articulerons donc notre projet sur la création de points communs entre les habitants du quartiers, en s'attachant tout particulièrement aux personnes agées, relaient des normes, mœurs, coutumes, valeurs et aux enfants du quartier, scolarisés sur l'école. Pour être au plus près des préoccupations des habitants, nous nous appuierons sur les différents aspects de la vie quotidienne.

Ainsi, en leur permettant de se connaitre, de créer un 'espace' bienveillant, d'échange et de partage, les habitants, bien qu'extrement différents, pourront faire, ensemble, société.

III. LES DIFFERENTES ETAPES DU PROJET

1. Calendrier de l'action
Thème
Date
Action
Qui
L'école et le travail à travers le temps

Visite des archives
Ensemble

Créations de blouses d'école
Centre social

Photo de classe ancienne
Ensemble

Visite des archives à la recherche des commerces d'antan & rencontre avec les commercants du quartier
Ensemble
Les loisirs

Gymnastique et motricité
Ensemble

Lecture offerte et danse
Ensemble
Les repas

Livret de cuisine

- écriture des recettes anciennes
Centre social

- illustration des recettes
Ecole

Atelier cuisine et partage d'un moment convivial
Ensemble
La vie à la maison

La grande lessive
Ensemble + autres acteurs quartiers (maison de quartier, ateliers du centre social...)

Les dangers domestiques
Ensemble, animé par la Maif
Autour de la maison

Promenade dans le quartier et recherche des points de rencontres conviviales
Ensemble

Réalisation d'un plan du quartier signalant les points de rencontre intergénérationel et conviviaux
Ensemble

Restitution du projet
- diffusion du film retraçant l'année partagée
- intervenant spécialisé autour de l'intergenération
- présentation du livret de cuisine
- inauguration du plan du quartier
- expostion des oeuvres plastiques (la grande lessive)
- buffet
Ensemble

2. Les actions

cf Fiches pédagogiques
Toutes les actions seront filmées en caméra fixe en coin et les images seront montées afin d'en faire un documentaire sur notre année de travail commun.

IV. EVALUATION DU PROJET

L'évaluation du projet se fait en plusieurs temps. En effet, la multitude de rencontre nous ammène à les évaluer individuellement, via une grille d'évaluation et une évaluation 'à chaud' avec les participants.
D'autre part, une évaluation intérmediaire après chaque thématique se fera entre l'école et le centre social, afin de réajuster si besoin.
Une évaluation globale du projet sera faite, en fin de projet, avec les différents acteurs.




INFORMATIQUES PRATIQUES
Du 1er septembre 2016 à 10:00
Au 30 juin 2017 à 15:00
Lieu : Albi

ADRESSE
3 avenue Flandres Dunkerques
81000 ALBI
CONTACT
Centre social Lapanouse, Saint-Martin, Jarlard
Jourdain Samantha
sjourdain.ccas@mairie-albi.fr
05 63 49 34 64 (1)


Enregistrez votre action Participez au concours Proposez une marche