La Semaine Bleue

Projet-theatral-Nos-vies-ensemble-3417

Semaine Nationale des retraités et des personnes agées
8 au 14 octobre 2018

Pour une société respectueuse de la planète :
ensemble agissons

Le samedi 13 octobre 2018 à 14:00 Projet théâtral 'Nos vies ensemble'
Organisé par Ehpad la Madeleine

Nos vies ensemble
Titre provisoire
Projet conjointement réalisé par le Service Animation de l’Ehpad La Madeleine
Et la Compagnie 1 train en cache 1 autre
Genèse du projet
En décembre 2017, les animatrices de l’Ehpad La Madeleine prennent contact avec la Compagnie 1 train en cache 1 autre.
Elles ont eu connaissance du travail de la Compagnie et de sa spécificité qui est l’immersion dans des lieux pour faire un travail en profondeur et à long terme. Elles souhaitent des actions culturelles qui aboutirons sur une représentation dans le cadre de la semaine bleue et confient à la Compagnie le soin de construire avec elles, un projet artistique qui entrera dans leurs souhaits et ceux des résidents.
Le projet
Il s’agit de mener un projet artistique intergénérationnel dans la résidence avec les résidents eux-mêmes et leur famille, les animatrices de la résidence, quelques membres du personnel soignant, des bénévoles de l’Association Madeleine Loisirs, quelques résidents de la RPA et de la plateforme de répit Lilas de Pavilly, quinze élèves de primaire du Centre de Loisirs de Pavilly, et les artistes associés de la compagnie.
Le projet que nous réalisons est un projet pluridisciplinaire réunissant le théâtre, la musique, l’écriture, la vidéo et les arts plastiques (à travers la photographie et la peinture).
Le projet sera mené entre Mars et Octobre 2018. Des actions culturelles seront menées tout au long du projet.
Sa finalisation sera proposée à l’occasion de la semaine bleue dans la première quinzaine d’octobre 1018.

I – Structure porteuse du projet : La Compagnie 1 train en cache 1 autre
La Compagnie 1 train en cache 1 autre est un collectif rouennais né en 1998 de la rencontre de comédiennes et de plasticiennes.
Depuis son origine, il s’agit d’un collectif d’artistes travaillant avec différents outils artistiques tels que la danse contemporaine, la musique, les arts plastiques, la vidéo, l’écriture, la photographie et le théâtre.
Au fil des ans, 1 train en cache 1 autre se tourne vers la rencontre des publics en dehors des salles de spectacles, au travers de créations associées à des rencontres débats, du théâtre forum et des actions culturelles.
Depuis 2006, la compagnie intervient particulièrement en milieu hospitalier dans le cadre du dispositif culture à l’hôpital. Elle intervient également pour des structures telles que des mairies, des établissements scolaires, des associations, des institutions du 3ème Age, de divers lieux culturels. Ces interventions portent autour de thèmes et de problématiques de société qui la préoccupent en proposant du théâtre forum, des créations et des actions culturelles.
Elle est aujourd'hui dirigée par Lydie Gaborit, metteure en scène et comédienne et par un bureau très actif présidé par Mélanie Fouqueray.

II - Historique de la Compagnie
Les Théâtres forums (Ils sont toujours précédés d’immersions et d’un travail allant de 6 mois à quelques années avec un collectif concerné)
Avant 2007 : Spectacles forums avec le Planning Familial (76) autour de la relation soignant /soigné, de la contraception, de la grossesse et de la maternité (Elbeuf, Haut de Rouen, Rouen Rive Gauche)
2007 : Institut de Formation des Soignants Infirmiers (Ifsi)- hôpitaux de Rouen (76) Spectacles forums autour de la relation soignant/soigné, de l'annonce du diagnostic.
2010 - 2013 : Prend ma place, Chu de Rouen, Spectacles forum auprès du personnel autour de la question du handicap au travail et des risques psycho-sociaux
2013 : Unicité avec la ville de Saint Etienne du Rouvray ; projet autour de la question de la place des agents d’accueil dans la restructuration des centres d'accueil de la ville et des risques psycho-sociaux. Constitution d'un collectif d'une soixantaine d'employés et l'objectif de la mise en place d'un théâtre forum.
2013 - 2014 : J’ai déjà donné, avec le Comité Féminin (76) Théâtre Forum pour la prévention du cancer du sein.
2013 - 2016 : On va pas t' manger, spectacles forums sur 3 ans adressés à tous les collégiens et lycéens de l’établissement La providence à Dieppe. Autour des violences physiques et verbales et du cyber harcèlement en milieu scolaire.
2016 – 2018 : Osez les Retrouvailles, théâtre Forum sur le couple à la retraite. Partenariat CRCAS, joué en milieu rural dans l’Eure et L’Orne.
Les Créations
2006  : Mais qui a-t-il là bas ? , pièce jeune public , théâtre et danse en langue franco-italienne, destinée aux enfants de 4 à 9 ans, sur les peurs intérieures et extérieures
2007  : Poussez pas ! Pièce sur la maternité et l’accouchement
2008 2009 : - Les brigades fraîches, spectacle de rue déambulatoire destiné au CHU de Rouen dans le cadre de la semaine Hôpital Propre.
- Je suis née 1000 fois, créé pour inauguration du pavillon femme, mère et enfant de l’hôpital Flaubert du havre (76)
2012 à 2014 : Les Belles Choses, forme atypique mêlant sur scène artistes professionnels (peintre, comédiens, scénographe, créateur lumière et son, technicien de plateau) et les comédiens adultes amateurs en situation de handicap psychique et mental de l’Apajh.
Autour du vivre ensemble et de la différence
2015 : Jour de liesse, création pour public entendant, malentendant et sourd commande de l’association Liesse jouée au CDN Hte Normandie de Petit Quevilly
2015/2018 : Coco, spectacle jeune public sur les relations garçons/filles
2018 en cours : Par les larmes et les mots, création sur le deuil et ses problématiques personnelles et sociétales
Les Actions Culturelles
Depuis 2003 : Partenariat avec l’AthéA de Barentin, association pour laquelle tous les ans, nous créons une pièce sur les thèmes abordés dans la saison en cours dans la cie, à partir de textes d’auteurs contemporains. 2018 – sur le deuil ; 2017 – l’histoire, la mémoire et l’héritage familial ; 2016 – sur les méfaits de la télévision ; 2015 – sur le harcèlement (…)
2008 à 2016 : Partenariat avec la structure pour adolescents Adosphère (hôpital de jour attenant au CHU du Rouvray) dans le cadre du dispositif culture à l’Hôpital : Ateliers créés en associant comédiens professionnels et adolescents en situation de handicap mental, psychique et/ou psychiatrique et des membres de l’équipe soignante et éducative.
2015 et 2016 : Tenue originale exigée ! et Autoportraits ; Création théâtre, danse, langues des signes, Arts plastiques et vidéo. Créations réalisées sur le temps périscolaire avec toutes les écoles de la communauté de communes de Yerville mélangeant enfants et artistes (comédiens, plasticiens, peintre, danseur) ; travail de long terme accompagné d’une exposition ouverte à toute la population pendant un mois, de l’artiste Karine Lemoine qui participait au projet sur le thème du portrait.
2018 en cours : Nos vies ensemble, projet intergénérationnel et multidisciplinaire mélangeant actions culturelles et travail de création. En collaboration avec différentes structures de la ville de Pavilly (L’Ehpad La Madeleine, le Centre de Loisirs, la RPA et la plateforme de répit Lilas)

III – Notes de la metteure en scène
Quelle place réservons-nous aux personnes âgées dans notre société ?
Regards sur la question
Etat des lieux
Le premier constat est qu’en deux siècle la structure familiale a profondément changé. Les anciens ne vivent plus, pour ainsi dire, dans les foyers de leurs enfant. De nos jours, la famille est de type monocellulaire et vit principalement dans des habitats où il n’est pas toujours facile d’accueillir un ancien. S’ajoute à cela l’augmentation des familles de type monoparental ou recomposé. Ces deux facteurs ont pour effet indirect de distendre les liens « générationnels ».
Second constat, les liens sociaux avec les anciens se sont distendus. Or, la personne existe par les nombreux liens qu’elle a tissé avec sa famille, son entourage.
Autrefois, une grande partie des liens sociaux étaient marqués par le signe de l’obligation. Ces obligations reposaient sur les socles de l’éthique, de la culture et de la religion. Les enfants se devaient d’avoir des liens continus avec leurs anciens, même si ces liens étaient parfois perçus comme contraignants, fatigants, voire difficiles. Rares étaient ceux qui essayaient de s’y soustraire.
De nos jours, la culture est devenue multiple, induisant une notion de relativisme par rapport aux anciennes obligations. Ajouter l’idée d’une société individualiste qui accentue l’effet ?
Troisième constat, l’existence d’un « fossé » culturel entre les âges.
A cela s’ajoute que la culture passée est perçue comme n’ayant plus de sens dans le présent. Au XXe siècle, il y a eu une accélération foudroyante des mutations. De l’an 0 à l’an 1900, il y a eu moins de mutations que de l’an 1900 à 1990. Nous vivons une formidable accélération de l’histoire avec, comme conséquence directe, que les vérités scientifiques et économiques elles-mêmes deviennent relatives, leur durée de vie excède rarement quelques années.
Autrement dit, les anciens ne transmettent plus une culture. Beaucoup dans les jeunes générations estiment que la culture des anciens ne peut plus les aider à trouver les clefs de l’avenir. Résultat : on se détourne encore plus des personnes âgées puisqu’elles ne peuvent plus être considérées comme des sages dont l’expérience passée peut aider à réussir l’avenir. Et l’isolement de ces personnes commence.

Jeunes et vieux : face à face ou côte à côte ?
La jeunesse est valorisée : il faut être toujours jeune et beau. La vieillesse fait peur, on la repousse, on la rejette, tout comme la mort. Il y a une ségrégation spatiale entre les âges, à savoir la question de leur cloisonnement spatial. Écoles ou universités pour les uns ; clubs seniors, universités tout âges, ou maisons de retraite pour les autres : notre société n’est plus cette « société aux âges mêlés ».
Cette ségrégation spatiale des âges peut se conjuguer à des attitudes d’évitement et à une propension au repli générationnel.
Notre société, de plus en plus âgée, répugne cependant à apparaître comme telle, et à montrer ses « vieux » dans l’espace public et médiatique, en les maintenant à distance du regard des plus jeunes. Il est très rare, par exemple, de voir des personnes âgées avec un déambulateur dans les rues des villes françaises, comme c’est le cas dans certaines villes scandinaves.
Dans quelle société voulons-nous vivre vieux ?
Notre société repousse-t-elle les vieux et les condamne-t-elle à la solitude, au désespoir et au repli ?
Le vieillard est considéré comme un autre, et non un semblable, et l’on comprendra les mots de S. de Beauvoir : « leur malheureux sort dénonce l’échec de toute notre civilisation » organisant ainsi ce qu’elle nomme l’« atomisation de la société ». Les personnes âgées se voient soumises par notre société à une triple forme de rejet : « la condamnation à vivre dans un statut qui dépossède l’individu de ses caractéristiques propres pour les remplacer par des stéréotypes » ; le fait de « reléguer matériellement le vieux pour pouvoir plus aisément l’oublier et oublier ce qu’il représente à nos yeux » ; et, enfin, « en la présence même du vieux, ne pas reconnaître cette expérience de la vieillesse qu’il est en train de vivre ».

IV - Intentions autour du projet
Ce projet se réalisera autour de dialogues, de rencontres et d’échanges et autour de partage de connaissances et d’expériences. Apprendre à apprivoiser, à découvrir et redécouvrir l’autre, en allant au-delà de la différence, de l’âge, de l’apparence, des différences d’expressions, du rapport différent au temps…
Une rencontre autour du portrait, de l’autre, de soi même, de nous tous.
Ensemble ou côte à côte ? Qu’a-t-on envie de transmettre à tout âge ? Qu’a-t-on envie de donner à l’autre de notre expérience ?
Et si c’était juste un prétexte pour se rencontrer et vivre ensemble ?
Pour donner du sens à la vie du début à sa fin.
Réapprendre à accueillir l’autre à toutes les étapes de sa vie ;
Un instant se poser, regarder, écouter, apprendre et créer ensemble.
Un projet qui questionne la vie commune et le lien à l’autre.
La personne n’est-elle digne d’attentions que lorsqu’elle est utile à sa société ?
Comment garder sa place parmi les siens lorsque l’on vieillit ?
Qu’en est-il de nos vies ensemble ?

V –Notes des animatrices de l’Ehpad

Etude de Situation
L'Ehpad la Madeleine est une structure de 87 résidents. Les personnes âgées hébergées ont une moyenne d'âge de 85 ans. Beaucoup de personnes ne font plus elles même les gestes du quotidien et se font aider par le personnel de la structure. Certains résidents ont tendance à s'isoler dans leur chambre.
Nous avons constaté lors de nos ateliers, que beaucoup de personnes âgées appréciaient s’exprimer à travers le théâtre, la danse, la musique ...
Autre réalité, les résidents ont besoin de communiquer et d'échanger et c'est pourquoi les échanges intergénérationnels sont aussi très importants dans l’Ehpad. Le partage avec les autres est vital.

Naissance du projet
Suite à ces constats, l'idée d’une action culturelle intergénérationnel et pluridisciplinaire est née.
Un atelier d'expression théâtrale en Ehpad permettra avant tout de créer une nouvelle dynamique de groupe, de passer un moment agréable et de mettre les participants dans des conditions d'épanouissement, de confiance et de bien être.
Utiliser le théâtre, c'est permettre à des personnes qui n'en ont jamais eu l'occasion auparavant de prendre la parole en public, de raconter, de faire vivre une histoire par le biais de la communication verbale ou non verbale, sans ressentir cette sorte de gêne que génère la société lorsque quelqu'un ose s'adresser au public.
Nous avons pensé à mélanger le théâtre et les arts plastiques afin de valoriser chaque acteur du projet et de renforcer le lien social intergénérationnel.

Objectifs
Développer des actions autour d'un public du 3ème âge dans le but de contribuer à un bien être personnel et social
Créer du lien intergénérationnel avec un public de jeunes enfants et adolescents
Travailler et accroître sa confiance en soi et en l'autre
Développer l'imaginaire, l'épanouissement physique et moral
Lutter contre l'isolement
Le budget animation versé par la structure est modeste ; pour cette raison nous avons créé une association appelée Madeleine Loisirs destinée à aider humainement et financièrement les activités d'animation, sorties, spectacles, achat de matériel ... Notre budget global au sein du service animation reste modeste, c'est pourquoi nous serions très heureux qu'un tel projet puisse aboutir grâce à votre soutien.

VI – Le projet : Nos vies ensemble
De mars à octobre 2018, nous nous rencontrerons autour du thème du portrait : portrait individuel et portrait de société. Où en sont nos vies ensemble ? Que voudrait-on donner, partager, transmettre ?
Lors d’une vingtaine de rencontres, le groupe fera connaissance et apprendra de l’autre à travers des actions culturelles employant les outils du théâtre, de l’écriture et de la musique. La restitution sera sous forme d’un spectacle à partir d’improvisations et de témoignages et de textes d’auteurs dits ou chantés…
Parallèlement, des rencontres mensuelles autour des Arts plastiques sont prévues ; une autre façon d’être ensemble et de créer.
Ces rencontres mèneront à la réalisation de la scénographie de l’espace pour la représentation du projet lors de la Semaine Bleue. Ces rencontres se feront autour de deux axes : des séances avec un Journaliste Photographe Pavillais, Didier Bidaux et d’autres avec une Artiste Peintre Rouennaise, Karine Lemoine.
Tout le processus sera accompagné par une Réalisatrice Rouennaise, Elvire.
Elle réalisera des « Lettres filmées » dans lesquelles les participants rendront compte et écriront en vidéo leur expérience. Leur expérience dans ce projet mais également leur vécu de tous les jours autour de la question : Comment vivons-nous le transgénérationnel ? Comment le vivons nous ici en France métropolitaine ?
La vidéo fera parti du spectacle.
Elle fera également l’objet d’un échange réalisé entrel’Ile de St Pierre et Miquelon et l’Ehpad de Pavilly.
Le but est de créer une discussion inter-culturelle et au delà des frontières de notre seule métropole, autour des questions soumises dans les « Lettres filmées », et pour partager nos expériences de vivre ensemble.
Nous prévoyons que le fruit de cet échange fasse partie de la discussion avec le public à l’issu de la représentation.
VII – Déroulement du projet
Premier temps de rencontre et d’échange
Il sera question de faire connaissance et de créer ensemble la matière qui nous permettra de faire un spectacle. C’est pendant cette période qui s’étendra de fin mars à juillet, nous dialoguerons et créerons à travers des actions culturelles mettant en oeuvre l’écriture, les arts plastiques, le théâtre et la musique.
Second temps, juin,juillet et août : Travail des artistes autour de la finalisation de l’écriture de la pièce et du montage vidéo pour le transmettre à nos interlocuteurs de St Pierre et Miquelon.
Troisième temps : l’action culturelle théâtre prendra toute son ampleur à travers la construction de la production finale et les répétitions ; elle s’étend de septembre à mi-octobre.
Quatrième temps, la représentation et le temps d’échange avec le public ; samedi 13 octobre 2016 dans le cadre de la Semaine Bleue à Pavilly, Salle de la Dame Blanche
Les productions plastiques seront valorisées en temps que scénographie de l’espace le jour de la restitution publique finale.
Les productions écrites seront valorisées dans la scénographie et dans la restitution sous formes de scènes, de témoignages, mise en musique et dans les lettres filmées.

VIII - Descriptif des autres objectifs
Proposer des interventions artistiques intéressantes et ludiques, dynamiques et adaptées, impliquant physiquement et émotionnellement, qui sollicitent la réactivité et permette aux participants d’en ressortir avec un mieux être
Qui leur permettre de se sentir bien au milieu du groupe
Qui les aident à accepter leur propre regard et aussi le regard de l’autre : être regardé, écouté, touché
Eveiller les perceptions de l’espace et du groupe
Encourager l’ouverture à l’autre
Développer l’imaginaire et travailler sur les émotions
Proposer un cadre rassurant qui permettent de laisser libre court à l’expressivité

IX - Calendrier
Les rencontres auront lieu les après-midi
Les artistes seront présents de 14h à 17h
26 mars : Présentation du projet avec les équipes, les résidents et la réalisatrice (vidéo)
28 mars : Intervention art plastique/avec le photographe : tous
12 avril : Intervention théâtre avec équipes et résidents
23 avril  : Intervention théâtre/musique avec équipes et résidents
25 avril : Intervention art plastique/avec le photographe : tous
16 mai : Intervention art plastique/avec le photographe : tous
18 mai : Intervention théâtre/musique avec équipes et résidents
31 mai : Intervention théâtre/écriture avec équipes et résidents et la réalisatrice (vidéo)
6 juin : Intervention art plastique/avec l’Artiste Peintre : tous
13 juin : Intervention art plastique/avec l’Artiste Peintre : tous
18 juin  : Intervention théâtre/musique avec équipes et
résidents et la réalisatrice (vidéo)
28 juin  : Intervention théâtre/écriture avec équipes et
résidents
4 juillet : Intervention art plastique/avec l’Artiste Peintre : tous
4 septembre : Intervention théâtre/musique avec équipes et résidents
11 septembre : Intervention théâtre/musique avec équipes et résidents
18 septembre : Intervention théâtre/musique avec équipes et résidents
25 septembre : Intervention théâtre/musique avec équipes et résidents
2 octobre : Intervention théâtre/musique avec équipes et résidents
9 octobre : Intervention théâtre/musique avec équipes et résidents
11 octobre : Intervention théâtre/musique avec équipes et résidents
SAMEDI 13 OCTOBRE (semaine bleue) Représentation

L y d i e G A B O R I T
Comédienne Metteure en Scène Directrice Artistique de la Compagnie
Bac littéraire option théâtre puis élève à l’Atelier de création du Théâtre Maxime Gorki, elle y fait entre autre l’expérience du théâtre chez l’habitant découvrant le rapport de proximité avec le public.
Après une formation classique au conservatoire de Rouen, puis à l’École nationale du Théâtre de Chaillot, le premier tournant dans son parcours est la rencontre avec Eugénio Barba en 1993 (auteur de l’énergie qui danse) dont le travail lui révèle l’importance du corps sur un plateau.
Sa rencontre Laure Delamotte–Legrand, jeune architecte plasticienne la sensibilise à l’art contemporain. S’ensuivent créations et formations plus axées sur le travail du corps (Danse contemporaine avec Manuella Brivary, Techniques vocales avec Gorgina Aguerre…). En 1997, nouveau tournant important alors qu’elle observe le travail d’Hélène Chatelain lors de la création de l’enfant rat d’Armand Gatty, au festival des francophonies de Limoges ; la rencontre qui suit avec Armand Gatty et ses trois questions auxquelles il demande à ses participants de répondre avant de monter sur scène : « Qui je suis ? », « Qu’est ce que je veux dire », « A qui je m’adresse ? », remettra profondément en question son approche de la scène. Elle va poursuivre cette réflexion en travaillant avec Mariette Lancelevée, dont l’univers et la façon de mettre au plateau théâtre, philosophie et société viendra nourrir son parcours.
Parallèlement elle travaille avec La Cie Métro Mouvance qui l’emmène jusqu’en Avignon. Du fait des expériences avec cette compagnie, ses choix artistiques s’en trouveront changés et elle décide de sortir des réseaux traditionnels pour se tourner vers les autres citoyens qui ne viennent pas au théâtre. Et c’est la rencontre avec Augusto Boal et le Théâtre Forum qui confirmera ce choix.
Lydie Gaborit n’envisage la pratique de son métier que dans des projets au service de la société associant une rencontre humaine, collective et artistique car elle est persuadée que la culture est un bien commun et que l’art change tout. En 1998 elle participe à la création de la Compagnie 1 train en cache 1 autre. Elle en est aujourd’hui directrice artistique.
A x e l l e T h o m a s s o n
Comédienne
Axelle Thomasson est née le 30 janvier 1989 à Rouen. Après un bac Audiovisuel et quelques années d’expérience au sein de l’atelier de Théâtre de Barentin, elle intègre le Conservatoire de Rouen et obtient son Diplôme d'Études Théâtrales en 2009. Ces années l’auront initiée principalement aux notions de jeu théâtral, de masque, d’improvisation, d’écriture, de cirque, d’escrime, de chant, de danse contemporaine, d’analyse de texte et de clown.
Elle poursuit par 2 ans de voyage autour du monde (Amérique latine, Australie, Asie, Europe et Etats-Unis) et fait connaissance avec le monde du travail avant, pendant et après son voyage à travers différents emplois (Télécommunication, tourisme, transports, soins à la personne…). A son retour, sa curiosité la pousse à entreprendre des études de Psychologie Intégrative à l’université Paris Descartes. Elle y obtient sa Licence de Psychologie en 2015.
Forte de toutes ses expériences et n’ayant jamais cessé de pratiquer le théâtre et la danse contemporaine, en 2016, elle prend contact avec la compagnie 1 Train en Cache 1 Autre et le Collectif Commune Idée. Elle voit dans le théâtre un moyen d’expression libre pour parler du monde et de l’humain. Travailler dans ces structures qui s’inscrivent dans une démarche citoyenne et sociale, permet à Axelle de lier sa passion du théâtre avec ses valeurs. Avec le collectif Commune Idée elle a joué dans des Théâtre Forums tels que « Ecrire son histoire jusqu’au bout », « Je suis née entre deux feuilles », « Faut pas s’écouter comme ça »…
Aujourd’hui elle participe activement à l’élaboration des projets artistiques de la Cie 1 train en cache 1 autre, elle joue dans ses créations ainsi que dans ses Théâtre Forums.
Guillaume Payen
Auteur Compositeur Interprète

Guillaume Payen chante depuis l'enfance et compose textes et musiques depuis ses 14 ans !
Six albums de chansons sous son nom sont parus depuis 1995.
Parallèlement il a fait partie de nombreux projets artistiques comme Les Rossignols, quatuor vocal humoristique, Les flammes du souvenir, spectacle historique joué et chanté en direct, etc...
Il est aussi chef de chœur de la chorale Coup de Chant bien connue en Seine Maritime, dirige le Cabaret des Hauts sur les Hauts de Rouen, anime le Karacoustic, karaoké en duo acoustique avec son complice Dominique Lafontaine...
C'est dire si chanter et faire chanter sont ses domaines de prédilection.
Son site www.guillaumepayen.com
K a r i n e L E M O I N E
Artiste peintre
Elève aux cours du soir de l'École des Beaux-Arts de Rouen qu'elle fréquente régulièrement depuis 1995, Karine Lemoine travaille plus particulièrement le portrait et le croquis de nu. Elle pratique différentes techniques, dont la peinture à l'huile, le pastel sec qu'elle aquarellise, et expose au sein d'expositions collectives. Elle est l'auteur de Retrouver mon père – carnet de voyage en Kabylie, ouvrage paru en 2006 et directement inspiré de la vie de l'auteur. Ce travail mêlant la gouache, la mine de plomb, le crayon, la photographie et l'écriture manuscrite, ainsi que divers documents personnels, a été présenté à la 9e Biennale du Carnet de voyage de Clermont-Ferrand (63) en 2008.
En 2003, elle rencontre Léa Dant, auteur metteur en scène, qui lui fait découvrir un théâtre basé sur l'intime et le récit de vie.
Karine Lemoine est sociétaire du Salon des Artistes Normands et fait partie du collectif rouennais 'La Page Blanche' ; elle travaille et vit à Rouen.

Galerie
Dépôt d'oeuvres sur papier à l'Atelier Saint Romain - 28 rue Saint Romain à Rouen
Invitée d'honneur :
2016 - 48è salon de peinture, sculpture et photographie de Criel sur Mer (76) du 23 juillet au 7 août 2016
- 40è salon de printemps de Saint Aubin lès Elbeuf (76)
Prix et distinctions
2016 Prix du Jury Peinture du 26è Salon de peinture & sculpture de Maromme (76)
2015 Grand prix du Salon de printemps de Saint-Aubin-lès-Elbeuf (76)
2013 Prix du Salon de Rouen (76)
2011 Prix de peinture du Salon de St Martin de Boscherville (76)
2010 Prix du 44e Salon de Grand-Quevilly (76)
Prix de la Ville de Saint-Aubin-lès-Elbeuf (76)
Site
www.karine-lemoine.com/galerie.htm
2015 14è salon de peinture et sculpture de Moulineaux (76) avec Sylviane Blondeau, Armelle Normand, Fabienne Mary, Wen-Yu Aymard, Francis Accard, Jean Marc et Cécile Devillers, sculpteur
2009 15è salon d'art de Bosc Mesnil (76)
2008 Prix de la Ville de Saint-Aubin-lès-Elbeuf (76) et Prix coup de coeur
2007 Premier Prix ‘Carnets de Voyage’ du Festival Gouel Ar Skrid – Huelgoat (29)
2005 Prix du 25e Salon de La Bouille (76) Grand Prix du 22e Salon d’Art de Saint-Maurice (95)
2002 Prix de la Jeune Peinture au Salon de Saint-Aubin-lès-Elbeuf (76)
1999 Prix du Salon de Saint-Aubin-lès-Elbeuf (76)

D i d i e r B I D A U X
Comédien
Photographe
Blogmaster
Correspondant de presse

Passionné de théâtre, Didier Bidaux monte sur les planches pour la première fois en 2003. Même si sa découverte du théâtre est très ancienne, son envie de monter sur la scène est plus récente. Il fait ses premières armes à l'Atelier-Théâtre de Barentin puis se met à jouer régulièrement avec La Littoralité Francophone , le Théâtre de l'Étoupe, le collectif « Commune idée » et la Compagnie 1 train en cache 1 autre .
Il joue dans des pièces d'auteurs très divers : Guy Foissy, Jean-marie Gour., Tchekhov, Anouilh, Dubillard, Agnès Jaoui et JeanPierre Bacri, Dario Fo et Franca Rame, Goldoni, Grumberg, Visniec, Feydeau, Robert Merle, Durringer, Aristophane, Karl Valentin, Shakespeare... Sa passion le pousse également à jouer un petit rôle dans le Jésus de Marseille de Serge Valletti, à participer à queques court-métrages et web-séries.
Passionné de photographie : « À l'âge de 10 ans, j'ai eu un appareil photo, bas de gamme, un instamatic, et dès que j'ai pu gagner un peu d'argent à l'adolescence (cueillette des fruits à Jumièges), je me suis acheté un appareil reflex, argentique à l'époque, et j'ai fait mes premiers essais en autodidacte passionné dans tous les genres ! Au bout de quelques temps, je ne réalisais plus que des portraits. Pour moi, photographier, c'est observer, partager et figer des instants éphémères, immortaliser des moments importants, c'est ce que je fais tous les jours dans le cadre de mon métier de journaliste. »

Isabelle Boulenger Catherine Lesage
Animatrices titulaires du
BPJEPS (brevet professionnel jeunesse education
populaire et sport) en animation sociale

Après un parcours d’agent des services hospitaliers depuis 1981, titulaire du diplôme d’aide soignante en 1984, elle a exerce au sein de différents services hospitaliers du CHU de Rouen et travaille également dans un SSIAD (service de soins infirmiers à domicile) pendant 9 ans.
Désireuse d’apporter encore autre chose que des soins aux personnes âgées hébergées en structure et souhaitant en avoir une vision différente, elle choisi une reconversion professionnelle vers l’animation sociale. Elle est animatrice titulaire du BPJEPS en animation sociale depuis 8 ans.
Sa motivation : << Il ne faut jamais oublier que ces personnes âgées ont un vécu et tant de choses à nous transmettre. Permettre à différent public de s’enrichir de leur savoir, de leurs connaissances, prendre le temps de les écouter, de répondre à des besoins et de
mettre en place des projets qui favorisent leur épanouissement et leur bien être, créerdes liens sociaux, lutter contre l’isolement institutionnel, redonner une vie sociale aux personnes âgées vivant dans un EHPAD est ce qui m’anime. Quand une personne retrouve la joie de vivre, un but dans son quotidien, quand vous voyez un sourire sur un visage, alors vous comprenez tout le sens de votre mission, une mission tellement valorisante pour chacun.>>

Depuis 1990 , elle travaille en tant qu’Agent des Services Hospitaliers dans l’Ehpad La Madeleine.
En 2000, elle choisi de faire une reconversion professionnelle vers l’animation sociale .
Un poste d’animation est créé au sein de l’Ehpad en 2005. Elle set aujourd’hui
titulaire du BPJEPS en animation sociale à mi-temps dans un premier temps puis à plein temps au sein de la structure.
Sa motivation : Elle avait remarqué le manque de lien avec l’extérieur et la solitude des personnes et l’envie de créer du lien social, de rompre l’isolement des personnes âgées, d’organiser des sorties et des animations qui correspondent à leurs envies, de créer des liens avec les familles des résidents et avec les enfants de la ville, est née.
« Voir les sourires des résidents, épanouis est, dit-elle, le plus beau cadeau et est incroyablement enrichissant. »




INFORMATIQUES PRATIQUES
Du 13 octobre 2018 à 14:00
Au 13 octobre 2018 à 18:00
Lieu : Salle de la Dame Blanche

ADRESSE
Pavilly
76570
CONTACT
Ehpad la Madeleine
Boulenger Isabelle
animation.mr.pavilly@chbarentin.fr
02 35 92 13 70


Enregistrez votre action Participez au concours Proposez une marche